Grèce

La Grèce utilise un nombre varié de sonnailles. Nous n'avons étudié que la Crète, mais on trouve sur Internet plusieurs sites pour lesquels nous donnons une traduction grâce à notre amie Vassiliky Sfyrla. Nous vous invitons toutefois à visiter les sites originaux.

Le site de référence est celui duMusée des instruments de musique populaire grecque

 grece

Dialegma
koudounion se polzari tis Larissas
(choix de cloche à la foire de Larissas)

 grece 02

Diplokypros se mprostari tavro
(upsos 36cm)
Un bouc meneur et sa Diplokypros (hauteur 36 cm)

 grece 03

Broutzini diplokyproi (upsos 28, 25, 22 cm)
Bronze diplokyproi (hauteur 28, 25, 22 cm)

 grece 05

1. Leria : cloches pour chèvres (Crète)

2. Sklaveria : cloches pour boucs (Crète)

 

grece 04

1. Amfissas
2. Yanniotika
3 .Trokania ou tsokania

 

 

grece 07Ensemble provenant de la collection de Gaston Pfeiger

grece 06

Campanelia (Cloches en bronze)

 

Notre amie Vassiliki Sfyrla a traduit la page koudounia & kipria d'un site consacré aux arts et traditions populaires. Il faut s'y reporter pour voir les photos et les croquis.

Les sonnailles donnent vie au troupeau et aident le berger à le diriger vers le terrain clos utilisé pour la traite. Elles aident aussi le berger à retrouver les retardataires ou les égarés.

Elles se répartissent en 3 grandes catégories :
1) Cloches
2) Cloches de bronze (Kypria)
3) Cloches cuivrées (Trokania ou tsokania)

On met les cloches aux moutons et les kypria aux chèvres, aux mules et aux chiens.

Selon la taille, les sonnailles sont de trois sortes :
1) arnokoudouna (agneaux (arnia)+koudouna)
2) misokoudouna (demi (miso) + koudouna)
3) les cloches

Les agneaux ne portent généralement pas de cloches. On ne leur en met que dans des cas exceptionnels ou si le berger est un passionné de cloches « meraklhs ».  

Chaque berger utilise des cloches distinctives pour reconnaître ses brebis de loin, même si les troupeaux se mélangent.

Pour suspendre les cloches, il faut des colliers aussi appelés provatozugoi.
Les colliers sont en bois massif . On utilise aussi un long morceau de cuir, le 'psidi' (ψίδι ) qui passe à l'intérieur de la cloche pour accrocher le battant. Ce morceau de cuir permet d'éviter que les deux surfaces métalliques ne se frottent entre elles, permettant ainsi à la cloche de produire un son métallique soigné.

Cloches de bronze (kypria)  (pour des boucs et des chèvres  «fiers»).
Les cloches de bronze (kypria) sont de 3 types.
1) Kampanitses (= petites cloches)
2) Misokypra (= demi kypria)
3) Kyproi (= grands kypria)

Pour les suspendre, on utilise des colliers spéciaux, appelés gidostefana (couronnes pour chèvres) ou gidozygoi (zygos pour chèvres). Les colliers sont faits de bois d'if et ne sont pas faciles à ouvrir car ils sont très ajustés. Les artisans qui les fabriquent doivent les ajuster parfaitement, sinon elles blessent les chèvres. On utilisent aussi des sangles en cuir pour accrocher les grands kypria.

Cloches cuivrées (Trokania) : on les utilise plutôt pour de grands animaux, tels que les bœufs.
Elles sont de trois types :
1) mikra (= petits)
2) misotrokana (= demi trokania)
3) trokanes (grands trokania)

On les accroche de la même façon que les kypri.

 

Une tradition particulière

En 1995, Patrick Kersalé a enregistré un berger grec jouant sur la flûte à bloc (floyera) au sein du fond orchestral pentatonique des sonnailles de son troupeau de brebis. On entend la cloche en bronze kypri parmi d'autres petites sonnailles en tôle. Cet enregistrement figure dans son livre Musiques traditionnelles du monde, Editions Lugdivine.